Rencontre

Prisca Ehrhardt : courir, un choix de vie

Publié le 3 mai 2019
Pour Prisca Ehrhardt la course et les trails sont un véritable sacerdoce. Elle fait partie de l'élite départementale, avec de nombreuses victoires à son actif. Portrait d'une jeune compétitrice pour qui performance rime avec plaisir.
Corps

« A la base, j'étais plutôt coureuse sur route, puis je me suis mise au cross et au trail pour le plaisir de courir dans la nature, et en Côtes d'Armor, les sites ne manquent pas, entre la campagne et le littoral, je reste toujours émerveillée par les paysages ». A 29 ans, Prisca Ehrhardt est l'une des meilleures « traileuses » des Côtes d'Armor. Maman de deux garçons de 18 mois et quatre ans, salariée dans une grande entreprise où elle fait les deux huit, elle trouve tout de même le temps de s'entraîner entre quatre et six fois par semaine. « J'ai commencé à courir au collège et ça m'a toujours plu, c'est devenu au fil des ans une véritable passion. J'ai débuté les choses vraiment sérieuses il y a quatre ans en faisant des courses nature et en m'entraînant régulièrement. Des courses, il y en a plein en Côtes d'Armor, c'est le premier département de France en matière de courses hors stade ».
A son palmarès récent, Prisca a remporté la Corrida de Langueux, le semi-marathon Loudéac-Pontivy et le 18 km du Trail Glazig, de nuit, le long de la côte de Goëlo. De jolies performances dont elle ne se vante pas. « Je cours avant tout pour le plaisir, courir, c'est ma façon de couper avec les soucis de la vie quotidienne, de me vider la tête. C'est véritablement devenu une drogue dont je ne pourrais pas me passer, j'ai toujours fait passer le plaisir avant la performance ».

Un sport à la portée de tous

Pour autant, la performance est souvent au rendez-vous, comme en témoignent ses nombreuses victoires et cette qualification pour les championnats de France de cross-country à Vittel en mars dernier, même si Prisca n'y a pas remporté de médaille. Aujourd'hui, elle s'est attachée les services d'un coach professionnel, David Le Mercier, qui lui concocte des plans d'entraînement en fonction de la compétition qu'elle prépare, et lui fait suivre une séance de musculation toutes les deux semaines. Par ailleurs, Prisca fait partie de l'équipe « Endurance shop Trégueux » de Nicolas Brillaud, sous les couleurs de laquelle elle court le plus souvent.

« Je reste toujours émerveillée par les paysages »

On est donc, avec Prisca, dans une pratique de haut niveau. « Mais, assure-t-elle, pratiquement tout le monde peut courir. Il n'y a pas de niveau pré-requis pour participer à une course, et si les gens couraient plus, il y aurait moins de dépressifs ». Son terrain préféré ? « Les courses en bord de mer, pour les paysages, même si le GR34, au niveau de la côte de Goëlo, est difficile, il faut bien prendre garde où on met les pieds. Au niveau d'Hillion, c'est moins difficile. » La course pour Prisca est un choix de vie. « Avec mon compagnon, tous nos loisirs tournent autour du sport. Lui-même court aussi. Dès que nous avons du temps libre, nous courons, plutôt que d'aller faire les magasins ou regarder la télévision ».

Côtes d'Armor magazine numéro 169

Article issu du n°
169
de Côtes d’Armor magazine

Découvrir cette édition