Sport

Regard sur le football féminin

Publié le 3 mai 2019
Thierry Baron avec les joueuses de l'équipe senior, du FC Lamballe.
Du 7 juin au 7 juillet, la France accueille la Coupe du monde de football féminin, avec notamment plusieurs matches programmés à Rennes, dont un quart de finale. Alors que le football féminin connaît un développement continu, rencontre avec un éducateur, Thierry Baron, entraîneur de l’équipe senior féminine du FC Lamballe.
Corps

Voilà trois ans que Thierry Baron entraîne les seniors féminines du FC Lamballe. L’équipe évolue en Régionale 2, soit l’équivalent de la 4e division. « Nous avons beaucoup de filles qui jouaient à Plédéliac, explique Thierry Baron. Plédéliac est montée de 3 divisions en 3 ans pour atteindre la Régionale 1. Elles sont venues jouer ici car leur club a décidé d’arrêter ».
Au total, Le FC Lamballe licencie une soixantaine de filles, avec des équipes engagées à tous les niveaux : senior, U17, U15, U13 et école de foot. « Cette saison avec l’équipe senior, poursuit Thierry Baron, notre objectif est de ne pas descendre, de prendre du plaisir, de progresser et de s’adapter tactiquement. Une fois que le club se sera bien structuré, nous pourrons éventuellement envisager de monter en Régionale 1. Lamballe est la seule équipe senior dans le coin. Nous avons pour ambition d’être le club phare, où les filles puissent venir, sachant que des sections féminines se montent chez les jeunes un peu partout. Notre souci est également de les fidéliser. C’est pourquoi nous proposons des activités en parallèle, comme par exemple aller au match à Guingamp. Le club travaille enfin sur la formation. Dès les U17, nous leurs proposons de passer des diplômes pour que plus tard elles puissent encadrer ».

« Les arbitres nous disent que c’est agréable d’arbitrer les filles »

Pour asseoir son recrutement, le club espère également faire venir des filles inscrites au sein de la toute nouvelle section « football féminin » du collège Simone-Veil de Lamballe, dont le responsable n’est autre que Thierry Baron, par ailleurs enseignant de SVT au sein de l’établissement. « Elles sont une vingtaine. Aucune n’est au club à ce jour. Nous allons organiser une rencontre entre le club et le collège, le but étant à terme de les faire venir ».
Auparavant entraîneur chez les U13 et les U15 féminines, Thierry Baron a pu observer le développement de la discipline et aussi ce qui la singularise du football masculin. « Je préfère entraîner les filles car elles sont très demandeuses, elles veulent apprendre. Elles sont très exigeantes vis-à-vis d’elles-mêmes et se mettent au service de l’équipe. La différence avec les garçons, c’est qu’il y a moins de tacles. Et aussi, il faut le dire, moins de cinéma. Quand une fille reste au sol, c’est qu’il y a vraiment un souci. D’ailleurs, les arbitres nous disent que c’est agréable d’arbitrer les filles. Elles sont dans un bon état d’esprit et respectent les règles du jeu ».
L’entraîneur lamballais a également vu changer le regard sur la discipline. « Au collège, petit à petit nous observons que les garçons viennent voir jouer les filles et que ces dernières ont moins de réticences à jouer devant les garçons. Ici au club, la section était un peu à part au début, ce n’était pas évident d’avoir un traitement égal. Aujourd’hui elle est parfaitement reconnue ».

Côtes d'Armor magazine numéro 169

Article issu du n°
169
de Côtes d’Armor magazine

Découvrir cette édition